Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1978 > RAS LE BOL !

N° 265

RAS LE BOL !

9 mars 1978

RAS LE BOL !

NOTRE CHOIX

Deux faits ont marqué la longue campagne pour le premier tour : la lassitude d’une grande partie des électeurs, et le grand nombre de candidats. Paradoxe ? Non pas : deux façons de montrer que les Français voudraient entendre ou dire autre chose que les discours usés de la classe politique. Comme aux dernières municipales, les candidats marginaux — que les grands partis méprisent avant de tenter de récupérer leurs voix — ont exprimé cette autre France qui rêve d’une politique dif-férente et d’une nouvelle citoyenneté... Éditorial de Bertrand Renouvin, en page 12.

MARGINAUX, L’IMPASSE

Marginaux : Parler des marginaux sans évoquer mai 1968 est impossible. La coïncidence est troublante : mai 68, les marginaux sont dans la rue, mars 78 ils vont aux urnes... Ainsi comment expliquer la multiplicité des discours marginaux sans se rappeler qu’à l’origine il y eut deux mai 68, celui de Daniel Cohn Bendit et celui d’Alain Krivine. Par la suite, l’écart grandit entre ces deux visions de mai 68, jusqu’à les rendre antagonistes : quand Vive la Révolution ouvrait une crèche sauvage à Nanterre, la Gauche Prolétarienne se heurtait violemment aux forces de I’« ordre ». C’est pourquoi on arrive à regrouper sous l’étiquette « marginaux » mouvement féministe, écologistes, régionalistes, autogestionnaires et partis d’extrême-gauche... Articles de José Macé et Hubert Bocquillon, en pages 6 et 7.

"reprendre le pouvoir" de pierre boutang : une pensée qui sauve (suite). Article de Gérard Leclerc, en page 4.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0