Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1978 > L’EUROPE EST MORTE

N° 282

L’EUROPE EST MORTE

7 décembre 1978

L’EUROPE N’EXISTE PAS

Pourquoi s’énerver ? Dans sa conférence de presse du 21 novembre, le Président de la République a clairement indiqué qu’il n’était pas favorable à l’élargissement des pouvoirs de l’Assemblée européenne. Oubliées, les déclarations du Chancelier Schmidt sur le sujet. Effacé, le pas de clerc de Jean-Pierre Fourcade. En juin prochain, nous enverrons sereinement nos représentants siéger dans une assemblée qui restera bien sage. C’est la détente ou, comme le dit notre Président, la « décrispation »... Éditorial de Bertrand Renouvin, en page 12.

LE PRINTEMPS, LA COMMUNE ET LE ROI

Luc de Goustine est né en 1938 à Paris. Après des études de philosophie, il travaille pendant deux ans en Allemagne. Il entre ensuite aux Éditions du Seuil où il dirige pendant huit ans le secteur étranger. Il y publiera "Août 14" de Soljénytsine et créera la première collection de théâtre en livre de poche. Avant « Le Printemps, la Commune et le Roi » (Atelier Marcel Jullian), il a publié deux pièces de théâtre, dont une sur mai 68, qui a été jouée pendant les évènements dans les facultés occupées, puis à l’étranger. Luc de Goustine vit maintenant en Corrèze.

• Royaliste : « Le Printemps, la Commune et le Roi »... Qu’est-ce que ce printemps ? Luc de Goustine : Dans les années passées, différents printemps ont marqué la conscience contemporaine : le printemps de mai 1968, et celui de Prague. Aujourd’hui nous vivons dans l’attente d’un phénomène d’ordre extra-politique, qui viendrait disloquer la masse étouffante des institutions, des conventions, des idéologies. Ce sentiment d’étouffement se reflète dans la revendication de ce printemps mythique. Et je ne vois pas pourquoi moi-même, entamant une réflexion qui se veut globale sur la réalité de notre pays, je ne prendrais pas appui sur ce sentiment collectif qu’est notre fond commun... Entretien avec Luc de Goustine, en pages 6 et 7. Propos recueillis par Bertrand Renouvin.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0