Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1975 > LA JUSTICE EN PROCES

N° 214

LA JUSTICE EN PROCES

19 novembre 1975

JUSTICE EN PROCÈS : la mort au travail

« Deux ouvriers ont été tués dans des accidents de travail vendredi 17 octobre ; le premier, M. Pierre Drant, quarante ans, porion au puits Wendel des Houillères de Lorraine, a été happé par une rame de berlines à la dérive ; le second, M. Umberto trente-sept ans, manœuvre sur le chantier de l’autoroute périphérique de Nice, a fait une chute de 80 mètres, une corniche du viaduc ayant cédé. »

Sèche, laconique, tragique, cette information ne mérite ordinairement qu’un bas de colonne dans « Le Monde ». On se réserve pour le sensationnel, l’inédit. Mais un mois après « l’affaire Charette », qui se souvient encore du nom, de l’âge, des responsabilités familiales de celui dont la mort fut l’occasion d’un débat d’abord juridique ?... En page 6.

LA LOI CONTRE LA JUSTICE :

Bruay-en-Artois, affaire Charette, affaire... La justice et les juges défraient la chronique, quelquefois en accusateurs, le plus souvent en accusés. Et voici que les charges cosaques du prince Poniatowski viennent passionner et embrouiller un peu plus le problème.

Il y a dans l’opinion un désir irrépressible de justice. Mais de quelle justice ? On attend du juge qu’il soit l’arbitre, le justicier, le vengeur. On attend de l’institution judiciaire qu’elle rétablisse une concorde entre les citoyens,et pallie efficacement la détérioration chaque jour croissante du consensus social. Cette attente exigeante fait bon marché du fait que les juges sont des hommes avec leurs faiblesses et leur faillibilité... En page 7.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0