Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1984 > LA VOIE ETROITE

N° 405

LA VOIE ETROITE

23 mai 1984

LA VOIE ÉTROITE

une idée de l’avenir

(...) Cette conception du pouvoir ne peut être séparée du projet économique ébauché par le Président de la République. La position arbitrale que celui-ci s’efforce d’occuper ne saurait le conduire à l’inaction. Présider aux destinées d’un pays implique un projet. C’est donc sans contradiction, mais non sans une certaine ambiguïté, que le Président peut s’affirmer « socialiste ». Ceux qui prennent soin de le lire, au lieu de s’en tenir au contenu passionnel du mot, s’apercevront que ce « socialisme » est d’abord l’affirmation de la primauté du politique sur l’économique... Éditorial de Bertrand Renouvin en page 12.

LA MÉDIATION

En droit monarchique français, la succession, premier volet de l’étude, obéissait à trois règles : primogéniture, masculinité, catholicité. Si l’on peut s’interroger sur les deux premières, sûrement celle qu’on serait tenté de mettre sous le boisseau c’est la troisième. L’accession, second volet, se fera, a-t-on voulu montrer, ni en vertu de l’actuelle élection présidentielle ni de la connaissance de l’histoire, mais en retrouvant dans des circonstances données les réflexes qui ont joué à d’autres époques... Article de Dominique Decherf (enrichissant le débat sur la monarchie entamé par Bertrand Fessard de Foucault, Michel Herson, Philippe Delorme, Emmanuel Mousset...)

CHINOIS DE FRANCE (ENTRETIEN AVEC NICOLAS DRUZ)

Après avoir interrogé Françoise Gaspard sur les réalités générales de l’immigration, nous nous penchons cette semaine sur une communauté particulière : celle, peu nombreuse mais très active, des Chinois de France... Propos recueillis par Bertrand Renouvin en pages 4 et 5.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0