Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1983 > LA RESISTANCE EN QUESTION

N° 392

LA RESISTANCE EN QUESTION

23 novembre 1983

LA RÉSISTANCE EN QUESTION

AU BORD DU GOUFFRE

Lorsque, dans une déclaration télévisée de deux minutes, un personnage peu connu parvient à soulever une intense émotion dans le pays, il y a lieu de s’interroger. Tous ceux qui ont en-tendu les paroles de Me Vergés ont immédiatement compris que celui-ci outrepassait ses droits de défenseur. Et l’ampleur de la réaction montre que le sujet évoqué n’était ni artificiellement dramatisé, ni anecdotique. En exposant sa thèse sur les circonstances de l’arrestation et de la mort de Jean Moulin, Me Vergés ne met pas seulement en cause la loyauté de plusieurs chefs de la Résistance. Il attaque, délibérément, la nation elle-même... Éditorial de Bertrand Renouvin en page 12.

UN COLLOQUE RÉUSSI

Jean-Pierre Chevènement, Bertrand Renouvin, Roger Pannequin, Jean-Marie Benoist. Un socialiste, un royaliste, un ancien communiste, un libéral, réunis à une même tribune, acceptant de dialoguer, d’échanger, dans le respect mutuel. Peu d’organisations peuvent se vanter d’avoir permis une telle réunion.

Les luxueux salons de la rue Jean-Goujon accueillirent en tout 130 personnes qui, le matin en commissions et l’après-midi en assemblée générale confrontèrent leurs points de vue dans l’atmosphère la plus studieuse qui puisse-t-être... Article d’Annette Delranck en pages 8 et 9.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0