Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1977 > LE GANG !

N° 240

LE GANG !

20 janvier 1977

MUNICIPALES : PARIS MAGOUILLES

Il est évident que le chef de ’l’État n’a fait qu’un seul et sordide calcul : gagner la grande mairie qui lui manque, la première de France qui plus est. Ainsi celui qui, aux présidentielles, avait parlé le plus de traiter les parisiens en citoyens majeurs se livre-t-il à une opération d’abordage en haute mer de la nef parisienne. Opération qui tient d’ailleurs de la roulette russe... Article de Paul Maisonblanche, en page 3.

"LE MAL FRANÇAIS"

Alain Peyrefitte comme Giscard d’Estaing a voulu regarder la France au fond des yeux pour porter un diagnostic sur son présent, des jalons pour son avenir. Mais, disons-le tout de suite, là s’arrête la ressemblance avec l’opuscule présidentiel. Alors que notre dérisoire chef de l’État a bâclé une mauvaise dissertation d’élève de l’E.N.A., desservie par une culture superficielle et une incapacité totale à sentir les problèmes politiques, « Le Mal Français » est un des plus grands essais politiques de ces dix dernières années.

DERRIÈRE L’AFFAIRE (de Broglie)

Il faut, évidemment, parler de l’Affaire. L’affaire de Broglie bien entendu. Mais comment en parler sans faire le récit cent fois lu et entendu, sans se livrer au petit jeu des hypothèses gratuites, sans se substituer à un juge d’instruction qui doit avoir bien du mal à trouver, dans le labyrinthe des complicités, des intérêts et des trafics, le fil qui conduit au secret de l’assassinat du député de l’Eure... Éditorial de Bertrand Renouvin, en page 12.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0