Accueil > Journal > 1977 > LA DEMOCRATIE HORS DE PRIX

N° 244

LA DEMOCRATIE HORS DE PRIX

17 mars 1977

jeudi 17 mars 1977

LA DÉMOCRATIE HORS DE PRIX

L’argent-roi. Jamais nous n’avions autant ressenti cette dure réalité. Même pendant les élections présidentielles de 1974, sans doute parce que la campagne officielle à la radio et à la télévision permettait à tous les candidats d’être entendus malgré le peu d’argent dépensé (2 millions d’anciens francs pour la NAF) et bien que nous ayions dû renoncer à faire une campagne nationale d’affiches et de réunions publiques. Mais, déjà, l’inégalité était flagrante entre des candidats investissant un ou deux milliards dans leur campagne et des marginaux dépendant de la bonne volonté des moyens de communication de masse - qui avaient d’ailleurs, pour la plupart, main-tenu un certain équilibre. Les conditions ont été pires pour la campagne des municipales ... Éditorial de Bertrand Renouvin, en page 12.

L’OCCIDENT, UN ACCIDENT ?

C’est la thèse de Roger Garaudy. Thèse ambiguë sur le plan philosophique et insoutenable sur le plan historique. Nous avions dans ce journal salué voici cinq ans ce qui pouvait légitimement apparaître comme l’amorce d’un rejet du marxisme par Roger Garaudy. L’ex-membre du bureau politique du P.C. mettait en effet passablement à mal la vulgate du « diamat » dans « l’Alternative ». Malheureusement son dernier livre « Pour un dialogue des civilisations » apporte la preuve que Garaudy s’embourbe et même régresse sur l’essentiel et qu’il est préférable de parler d’involution que d’évolution quant à sa métaphysique... Article d’Arnaud Fabre, en page 4.