Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1982 > la politique de Mitterrand : L’ANALYSE DU COMTE DE PARIS

N° 363 - 1er juillet 1982

la politique de Mitterrand : L’ANALYSE DU COMTE DE PARIS

L’ANALYSE DU COMTE DE PARIS

le souci de l’unité

Un Prince n’est pas le symbole d’un passé révolu, ni un homme politique parmi d’autres : par tradition, par situation, il porte témoignage de l’unité possible, demeure présent comme recours pour la nation tout entière, par delà les partis et les intérêts qui s’opposent. C’est dire que l’article publié par le comte de Paris dans « Le Monde » n’intéresse pas les seuls royalistes, mais l’ensemble des Français : quels que soient leurs engagements, comment ne seraient-ils pas sensibles à ce regard porté sur la société par un homme libre de toute attache de classe et de parti ? Situation unique, inimitable, qui permet au Prince de dire la France mieux que tout autre, en se préparant à l’exprimer si les Français y consentent... Éditorial de Bertrand Renouvin en page 12.

ENJEUX TECHNOLOGIQUES

En introduction aux travaux du sommet de Versailles, le 5 juin dernier, le Président de la République a présenté un important rapport sur « la technologie, l’emploi et la croissance ». Fruit d’une longue réflexion, ce texte propose une analyse de la crise des pays industrialisés et tente de définir les conditions d’un nouveau développement. Surpris par le faible écho rencontré par ce rapport, nous tentons, dans ce court dossier, une première discussion des analyses et des propositions présidentielles... Étude présentée par la Cellule Économie de la N.A.R., en pages 6 et 7.

OU SONT PASSES LES ÉCOLOGISTES ?

Révisions, reclassements, rapprochements, le mouvement écologiste s’emploie à affirmer, contre vents et marées, une difficile existence politique. « Les écologistes semblent aujourd’hui absents de la scène politique en tant qu’acteurs : ni déclarations, ni prises de position marquantes. Les diverses organisations officielles, comme le M.E.P. et la Confédération Écologiste, ont brillé par leur absence politique. » L’appréciation sans complaisance provient du mensuel « Écologie » (15 mai 82). Comment le cinquième courant politique français a-t-il pu quasiment disparaître ? ... Article d’Emmanuel Mousset en page 3.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0