Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1973 > Révolution des transports

N° 111

Révolution des transports

13 juin 1973

Nouvelles techniques de transport collectif ?

Les techniques nouvelles de transport nous offrent la chance de concevoir une cité nouvelle, mais pourraient aussi conduire à renforcer une vie éclatée...

Il s’agit essentiellement de systèmes guidés en site propre. On peut distinguer trois catégories de transports : — Les transports hectométriques : véhicules lents qui circulent sur de faibles distances (le V.E.C. ou le T.T.I. de Otis) ou bien trottoirs mobiles (Speedway ou trans-18). — Les transports à vitesse moyenne et à faibles parcours du type Val (métro automatique qui sera très prochainement expérimenté à Lille-Est), Poma 2000, Urba, Airtrans, etc. Aramis est un système individualiste de transport continu qui pourrait fort bien concurrencer la voiture individuelle. — Les transports à grande vitesse (plus de 100 km/h) du type turbotrain et aérotrain. Ces systèmes peuvent atteindre des vitesses de 3 à 400 km/h, mais ils peuvent aussi assurer des liaisons suburbaines. Sur le plan technique, les grandes innovations sont : le moteur linéaire, les transports sur coussins d’air et le système allemand de trains à sustentation magnétique. Notons aussi l’apparition de systèmes « bimodes », c’est-à-dire de systèmes automatisés en site propre qui peuvent retrouver leur autonomie sur parcours banalisé. Enfin on voit réapparaître la voiture électrique, qui n’est pas une nouveauté puisque son ancêtre, la « Jamais-Contente », atteignait déjà le 100 à l’heure au début du siècle, mais dont le développement a été bloqué sous la pression des grands intérêts pétroliers. Quant aux transports de fret, eux aussi connaissent une grande révolution : nous en reparlerons.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0