Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1973 > POMPIDOU : rien appris, rien oublié

N° 88

POMPIDOU : rien appris, rien oublié

4 janvier 1973

POMPIDOU : rien appris, rien oublié

« Mai 1968 nous a appris qu’un pays prospère et finalement heureux, pouvait, du jour au lendemain, se trouver au fond de l’abîme. En dépit du redressement effectué, nous en ressentons encore quelques effets. » Rien de plus caractéristique que ces deux phrases dans les vœux du Président de la République à la nation. M. Pompidou n’a, semble-t-il, rien appris et rien oublié. Toute la politique intérieure du pays est réduite ainsi au produit national brut, à l’expansion. Effectivement, à ce niveau, il serait stupide de nier les progrès réalisés. Mais précisément, mai 1968 avait montré que c’était insuffisant, et qu’il était grand temps de poser le problème politique dans ses autres dimensions.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0